1953 - 2017

Le 12 mars 1953 paraissait le premier numéro du bulletin quotidien de l'Agence Europe. Nous fêtons donc notre soixante-quatrième anniversaire. Pour une agence de presse, c'est un bel âge. Mais ce n'est pas en soi extraordinaire: il existe des organes de presse plus anciens, de beaucoup parfois. Ce qui nous caractérise, c'est que notre âge correspond exactement à celui de la première Communauté européenne, ancêtre de l'Union européenne d'aujourd'hui. En juillet 1952 était entré en vigueur le Traité de Paris, donnant naissance à la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), et c'est au début de 1953 qu'est entré en application le "prélèvement CECA", premier impôt européen, et en février que les marchés du charbon et de l'acier se sont ouverts entre les six pays participants. Terminait à ce moment là la préhistoire et commençait l'histoire de l'Europe unie, et le bulletin de l'Agence EUROPE entamait sa tâche d'accompagner fidèlement, de jour en jour, le chemin de cette histoire.

Pour comprendre la portée de l'intuition du fondateur de l'Agence Europe (Lodovico Riccardi) et de son premier directeur (Emanuele Gazzo), il faut se rappeler que personne ne savait à cette époque ce qui se passait à Luxembourg, siège de la Haute Autorité de la CECA: quelques dépêches, des articles très rares dans quelques journaux, ignorance et désintérêt de la part de l'opinion publique. Et pourtant, un petit groupe de personnes avait compris la signification historique de la naissance d'une autorité supranationale, qui gérait souverainement, au nom des Etats membres, les deux produits qui étaient alors à la base de l'armement et constituaient le véritable arsenal des pays industrialisés. Cet évènement rendait impossibles pour toujours les guerres entre les pays participants, en changeant l'histoire de l'Europe et du monde. La première institution supranationale détenant des pouvoirs de décision devait donc être accompagnée d'un organe de presse indépendant, rendant compte de son action et mettant ses décisions à la disposition du public. C'était ça le défi d'Emanuele Gazzo et de son équipe. Et rapidement, aux informations s'était ajouté le commentaire, sous la forme d'un éditorial quotidien.

Depuis lors, l'histoire de l'Agence Europe a été indissolublement liée à l'histoire de l'intégration européenne: la naissance de la CEE et d'Euratom, les adhésions des pays qui se sont progressivement ajoutés au noyau initial des Six, les traités successifs. Même du point de vue de l'information, la situation actuelle n'a plus aucun rapport avec celle de 1953. Aujourd'hui, l'association de la presse étrangère de Bruxelles est devenue la plus nombreuse au monde et les documents communautaires sont à la disposition de tous: un flux de milliers de pages difficile à maîtriser pour quiconque. Si l'on devait appliquer des slogans à notre Agence, celui de 1953 aurait été: "Si vous voulez savoir ce que fait la Communauté européenne, vous devez lire l'Agence Europe". Aujourd'hui, il serait plutôt: "Si vous voulez vous orienter dans l'avalanche de documents que les Institutions communautaires produisent chaque jour, si vous voulez distinguer l'essentiel de l'accessoire, si vous souhaitez comprendre la signification des décisions, des accords et aussi des divergences, vous devez lire l'Agence Europe".